SOLUSTEO
Solustéo, le blog participatif de l'ostéopathie

Bouée de cou, zoom sur : utilisations, dangers, bénéfices, ostéopathie…

4 septembre 2017 | 0 commentaire | Solustéo
bouée_de_cou
Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

La bouée de cou. Ah, ce nouvel accessoire venu de Chine et de plus en plus populaire. En vacances, dans la piscine, dans des « baby spa »… autant d’applications pour ce nouvel accessoire que de dérives imputables à son utilisation. En effet, certains les dénigrent d’autres les adorent. Mais l’ostéopathie dans tout cela ?

Ne bougez pas, nous allons y venir. Mais avant cela, zoom sur cette nouvelle mode.

 

Bouée de cou, kesako ?

Comme dit précédemment, la bouée de cou est un nouvel accessoire gonflable venu de Chine qui, comme son nom l’indique, se porte autour du cou et permet de flotter dans l’eau. En effet, une fois la bouée gonflée et enfilée, elle laisse la mobilité des mains et des jambes à son porteur. La plupart du temps, et notamment dans l’Hexagone, elles sont utilisées chez les enfants. L’enfant ainsi suspendu par le cou, tête hors de l’eau, peut profiter de l’environnement aquatique.

Qu’en dit l’AFPA?

Par ailleurs, comme toutes modes, les bouées peuvent être de différentes formes, compositions, tailles… Il va de soi, que chaque bouée de cou doit donc être achetée pour et en fonction de chaque enfant. Cependant, en France l’AFPA (association française de pédiatrie ambulatoire) a déjà pointé du doigt sa probable dangerosité et dénonce ainsi son manque de sécurité pour les enfants. En effet, et en premier lieu, tout accessoire gonflable peut se dégonfler, se percer et ainsi ne plus assurer son rôle protecteur de départ. De plus, l’AFPA les considèrent comme le système le moins sécuritaire. En ce sens que l’enfant peut se retourner la tête en bas et ne plus pouvoir se retourner afin d’inverser sa position. Quoi qu’il en soit, cela peut être évité en ne laissant jamais l’enfant sans surveillance d’un adulte. Cependant, l’’AFPA conseille quand même de privilégier les brassards ou autres dossards gonflables.

Cependant, grâce à ce système, certains y ont vu une aubaine. De nombreux « baby spa » se sont installés prônant ainsi la détente de l’enfant dans une eau chauffée à 36-37°C. En effet, nous comprenons aisément les bienfaits de l’immersion dans une chauffée, sans stress supplémentaire exercé sur le corps. Egalement, le développement psychomoteur de l’enfant s’en trouverait amélioré.

De plus, sa mise en place extrêmement simple séduit nombre de parents quant aux divers séjours en piscine, au bord de l’eau. Mais la sécurité liée à ce système (cf vos cours de Physique du collège et la poussée d’Archimède 😉 ) peut vite devenir un danger potentiel.

 

Dangers de la bouée de cou

Le professeur en pédiatrie de la Rush University Medical Center de Chicago, KYRAN QUILAN le considère comme un « piège mortel ».

Outre les dangers suscités, bouée de cou percée, dégonflée, enfant qui se retourne, c’est physiologiquement que certains spécialistes s’interpellent.

En effet, en premier lieu, la matière plastique de ce système peut provoquer une irritation de la peau. De plus, sur certains modèles, sa rigidité peut amener l’enfant à mettre sa tête dans une position anti-physiologique et ainsi prendre de mauvaises habitudes posturales.

Par ailleurs, la bouée de cou ne s’adapte pas à tous les enfants. Certains ont une tête plus en extension d’autres en flexion…vous comprenez aisément le problème. Mais le problème majeur n’est pas là. Le problème ce sont les adultes qui entourent l’enfant !

Et oui, car même si cela peut paraître barbare d’attacher son enfant et de le suspendre par le cou, les cervicales d’un bébé sont beaucoup plus solides qu’elles n’y paraissent. Par exemple, et pour faire le lien avec l’ostéopathie ; en ostéopathie aquatique le bébé peut être soutenu par ses cervicales afin d’obtenir un relâchement musculaire optimal. Or, lors de vacances ou d’activités non encadrées par des professionnels, l’adulte peut manipuler l’enfant (sans pour autant avoir la volonté de lui nuire, on est d’accord, plus afin de jouer). Sauf que, lors de cette manipulation, le mouvement peut être brutal pour l’enfant et ainsi lui provoquer quelques blocages.

L’avis de l’ostéopathe

« Le bébé doit être immergé complétement dans l’eau, car sil y a un contact au niveau de la voûte plantaire, son réflexe sera de pousser et ensuite le fait de retomber dans l’eau peut avoir des conséquences sur ses cervicales » (Alexandra Richard)

Selon Alexandra Richard, ostéopathe (dans une interview d’Ouest-France réalisée par Orlane Durimel), la bouée n’est pas adaptée : « elle condamne aussi le bébé à avoir la tête en élévation, ce qui restreint son champ de vision ». Elle met ici en lumière le côté non rassurant de ce système qui ne permet pas à l’enfant de voir son corps voire ce qui l’entoure.

Pour éviter tous des désagréments, en restant avec l‘enfant sans le manipuler et après avoir vérifié l’intégrité du matériel, vous allez me dire que tous les dangers sont évités. Et bien non ! Toujours selon Alexandra Richard (ouest-France, édition du soir du 25/08/2017) « le bébé doit être immergé complétement dans l’eau, car sil y a un contact au niveau de la voûte plantaire, son réflexe sera de pousser et ensuite le fait de retomber dans l’eau peut avoir des conséquences sur ses cervicales »… Vous visualisez maintenant le danger ?!

De même, à l’océan, les vagues, le courant…peuvent dissocier les deux parties du corps de l’enfant : à savoir son corps et sa tête.

Bien évidemment, on est encore loin de rendre son enfant tétraplégique (pour des personnes raisonnables et raisonnées) mais quelques désagréments peuvent survenir. Heureusement, les mutuelles remboursent l’ostéopathie. Alors pourquoi ne pas aller consulter ?! Pas de panique, l’ostéopathie se pratique à tout âge. Que votre enfant soit bébé, nourrisson voire plus âgé, l’ostéopathie peut l’aider. Si cela peut vous convaincre ou calmer votre angoisse, lisez ceci : http://solusteo.com/losteopathie-pour-bebes-et-enfants/.

 

Bénéfices, intérêts ?

Hormis, tous ses détracteurs, les bouées de cou ont toujours leurs adeptes. En majeure partie, ce sont des professionnels du développement aquatique qui savent comment manipuler l’enfant (le cas échéant) et comment l’encadrer avec ce système. De plus, le système est au préalable vérifié et adapté à l’enfant.

Ceci dit, l’attractivité du développement de l ‘enfant dans un milieu aquatique est réelle.

En effet, que ce soit pour développer des compétences, en apprendre de nouvelles ou encore pour obtenir de la détente voire bénéficier de soins, l’eau reste un élément idéal.

Pour corroborer nos propos : http://solusteo.com/osteopathie-dans-eau/

Comme dit précédemment, beaucoup de spas ainsi que de centres médicaux prônent l’utilisation de ce système. Pour le moment, aucun accident n’est à déplorer. Mais encore une fois, ce sont des professionnels encadrants.

L’intérêt de ce système se situerait peut-être bien là : du bon matériel, des connaissances, des facultés, de l’attention, et surtout un autre intérêt que de seulement décharger les parents de la lourde tâche qui leur incombe, à savoir surveiller leurs enfants ! 😉

 

Au final

Au final, et comme pour tout, si la bouée de cou et bien choisie, adaptée, gonflée, vérifiée et que l’encadrement de l’enfant se fait sans interruption et sans mouvement brusque… nous ne voyons pas quel problème vous pourriez rencontrer. C’est comme si, à l’époque du DIY, vous décidiez de retaper votre maison seul… A cela rien d’impossible, de bons outils, des matériaux adaptés, de la logique, de la réflexion, des conseils, de l’apprentissage et feu ! Masi tout ne peut pas s’apprendre sur le tas, surtout quand on parle de la santé de nos chères petites têtes blondes. Un trou dans un mur, c’est ennuyeux, chiant, pénible, comme vous voulez mais ce n’est que matériel ; la santé de votre enfant c’est tout sauf matériel …

 

 

Certains sont réfractaires à l’utilisation de ce système, d’autres prônent son intérêt dans un certain domaine avec un encadrement adéquat. Nous vous laissons donc vous faire votre opinion et juger de ce qui est bon ou pas pour votre enfant.

En espérant avoir pu répondre à vos interrogations…

 

Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Laisser un commentaire


Solustéo | 65 articles publiés


Espace praticien