SOLUSTEO
Solustéo, le blog participatif de l'ostéopathie

Soulager votre sciatique grâce à l’ ostéopathie

6 septembre 2016 | 0 commentaire | Solustéo
sciatique_ostéopathie
Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

A l’instar d’une cruralgie ou d’une névralgie cervico-brachiale, la sciatique résulte d’une compression du nerf le plus gros et le plus long de l’organisme : le nerf sciatique.

Par quel mécanisme cette douleur typique est-elle déclenchée?

Et surtout, que peut faire l’ostéopathie lors d’une sciatique?

 

Le nerf sciatique

C’est le nerf le plus gros et le plus long, certes, mais c’est aussi un nerf à la fois moteur et sensitif. En effet, il permet les mouvements de flexion de la jambe ainsi que de flexion et extension du pied. De plus, dans son rôle sensitif, il innerve les parties postérieure et latérale de la jambe ainsi que l’ensemble du pied.

Le sciatique est issu des racines nerveuses des 4ème et 5ème lombaires ainsi que des trois premières sacrées (sacrum). Il descend ensuite dans la région fessière puis postérieure de la jambe. Derrière le genou, au niveau de la fosse poplitée, il se divise en nerf fibulaire commun et nerf tibial. L’un (fibulaire commun) innerve la partie antéro-latérale de la jambe et le dos du pied, et l’autre (tibial) la majeure partie de la jambe et la plante du pied.

Lors d’une compression d’une des deux racines de ce nerf (L5 ou S1), on parle alors de sciatique ou sciatalgie.  Cette pathologie va se traduire par une douleur partant de la fesse jusqu’au pied, suivant son trajet. L’apparition de cette douleur est souvent brutale et augmente lors de certains efforts. Notons qu’un bémol peut être apporté car une sciatique dite « tronquée » peut apparaître à la suite d’une compression de ce nerf sur son trajet. En effet, un muscle trop spasmé (piriforme par exemple) va venir appuyer sur le nerf et ainsi recréer la douleur typique. Cette sciatique tronquée peut (à juste titre) être confondue avec une « vraie » sciatique. La différence réside dans le fait que lors de la vraie sciatique, le nerf est comprimé dès l’émergence des racines. Cela se passe alors au niveau vertébral par l’intermédiaire d’une hernie discale ou encore de l’arthrose.

 

Intérêt de l’ ostéopathie sur des cas de sciatique

Afin de traiter une sciatique, l’ ostéopathe va d’abord rechercher la cause de cette compression nerveuse. Il va donc, par différents tests, découvrir l’endroit où le nerf est comprimé ou irrité. Notons que dès la description du trajet de la douleur par le patient, l’ ostéopathe aura une idée de l’endroit de la compression.

L’ ostéopathie, comme dans beaucoup de pathologies, visera ensuite à redonner de la mobilité là où il y a des restrictions. Il va libérer les zones de compression, soit à l’émergence du nerf, soit sur le trajet de celui-ci.

Ainsi, il va pouvoir agir à différents niveaux.

  • Au niveau lombaire, avec des techniques structurelles afin de libérer les restrictions de mobilité. Ou encore avec des techniques douces en agissant sur les fascias.
  • De plus, il pourra agir également au niveau musculaire, si un des muscles présents sur le trajet du sciatique le comprime.
  • Au niveau du petit bassin, il redonnera également de la mobilité, notamment au sacrum qui peut être entraîné en torsion par un spasme du piriforme.
  • Par ailleurs, il pourra travailler au niveau des membres inférieurs et redonner, là encore, de la mobilité aux zones en restriction. A ce niveau là, la souffrance du nerf sciatique est plus rare.

 

 

Pour conclure, l’ ostéopathe ne pourra pas réintégrer une hernie discale avec ses doigts, ni même déplacer le nerf sciatique. Il pourra travailler de manière à libérer les zones de tension amenant à une compression de ce nerf. Cependant, si la compression est trop évoluée, un recours médical et/ou chirurgical sera à envisager.

Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Laisser un commentaire


Solustéo | 69 articles publiés


Espace praticien