SOLUSTEO
Solustéo, le blog participatif de l'ostéopathie

Ostéopathie viscérale : zoom sur l’ ostéopathie viscérale

16 mars 2017 | 0 commentaire | Solustéo
ostéopathie_illicosteo
Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

L’ ostéopathie viscérale, en tant que telle, n’existe pas. En effet, nous devrions plus parler de techniques ostéopathiques viscérales et non pas d’ ostéopathie viscérale. Il est vrai qu’en fonction des pathologies, voire des préférences de chaque ostéopathe, différentes techniques peuvent être utilisées. L’ ostéopathie viscérale faisant partie intégrante des techniques à disposition du thérapeute. Ce type d’ostéopathie mêle des techniques manipulatives manuelles ayant un impact sur les viscères.

Commençons par les viscères…

L’étymologie du mot viscère nous vient du latin viscus, visceris, se rattachant à viscum, viscosus…bref, visqueux. Quant à elle, en anatomie, la définition exacte est : « Tout organe, plus ou moins compliqué, logé dans une des trois cavités splanchniques, la tête, le thorax et l’abdomen, ou dans ce dernier particulièrement. »

En ostéopathie, 3 zones ou cavités seront concernées par ces techniques :

  • la cavité thoracique :  dans laquelle nous retrouvons, entre autre, les poumons et le coeur.
  • la cavité/zone abdominale : c’est-à-dire tout ce qui dans votre ventre situé entre votre bassin et votre diaphragme, sous vos abdos, à savoir les reins, les glandes surrénales (au-dessus du rein et productrices d’hormones), le côlon, les intestins, la vésicule biliaire, la rate mais également le pancréas, l’estomac et le foie.
  • la zone pelvienne : qui comprend la vessie, les ovaires, l’utérus (chez la femme) ou encore la prostate (chez l’homme).

Maintenant que vous savez de quels organes nous parlons, vous vous demandez certainement comment l’ostéopathe peut les mobiliser et avoir un impact sur eux!? Ou encore, dans quelles pathologies sont-ils impliqués?

En ostéopathie, les organes peuvent accumuler des tensions, voire même manquer de mobilités. Ils peuvent se retrouver « coincés » ou « inflammatoires ». Plus étonnant encore, les muscles du système digestif peuvent, à l’instar d’un biceps, subir des troubles musculaires.

Ostéopathie viscérale : pourquoi, comment?

Ostéopathie viscérale : pourquoi?

Les techniques viscérales sont le plus souvent utilisées lors de consultations pour des troubles digestifs tels que :

  • diarrhée
  • ballonnements
  • flatulences
  • douleurs abdominales
  • brûlures d’estomac
  • reflux gastriques
  • séquelles traumatiques ou chirurgicales (type cicatrice)  …

Mais elles peuvent également être utilisées sur des pathologies « à distance » comme :

  • maux de tête
  • cervicalgies
  • dorsalgies
  • lombalgies
  • anxiété, stress…

En effet, le lien peut vite être fait pour les premiers motifs de consultation sus-cités. En revanche, pour les pathologies situées à distance, il faut voir le corps dans sa globalité (tel que le voit l’ostéopathe). Lorsque le tensions touchent un viscère, les douleurs ressenties peuvent se situer à distance de l’organe comme par exemple la colonne vertébrale. Pour exemple, un problème de foie peut entraîner des dorsalgies (douleurs de dos). De même, un blocage lombaire peut entraîner uen constipation…

Mais alors, comment fait l’ostéopathe pour mobiliser mes organes?

Ostéopathie viscérale : comment?

Avant même de traiter un viscère, l’ostéopathe va commencer par un phase dite « d’écoute ». Cela permet de tester premièrement la peau (cf notre dernier article) ainsi que les axes et amplitudes des viscères. A ce moment là, la main de l’ostéopathe n’est pas dure et investigatrice, elle est douce, légère et passive.

Cette phase va lui permettre de recueillir des informations sur les restrictions de mobilité du viscère. En effet, est-ce une adhérence, une ptôse, ou un spasme?

Afin de remédier à ces restrictions et/ou pathologies, plusieurs manoeuvres existent. Bien évidemment, nous nous garderons de tout vous dévoiler aujourd’hui mais soyez sûrs que vous serez entre de bonnes mains. En effet, la main de l’ostéopathe ne sera jamais agressive mais plutôt douce, chaleureuse et fine.

Afin de corroborer nos propos, voici un exemple très court d’une des innombrables techniques :

 

Maintenant, l’ ostéopathie viscérale oups…les techniques viscérales n’ont plus de secret pour vous. Alors n’hésitez plus et allez consulter !!! Pour cela, rendez-vous ici.

Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Laisser un commentaire


Solustéo | 65 articles publiés


Espace praticien