SOLUSTEO
Solustéo, le blog participatif de l'ostéopathie

Ostéopathie et addiction : liens, intérêt et résultats…

7 février 2018 | 0 commentaire | Solustéo
ostéopathie_addiction
Partager l'articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Ostéopathie et addiction…je vous vois déjà venir. En effet, certains d’entre vous sont addicts à leur ostéopathe mais aujourd’hui, ce sont les aides au traitement de ces addictions qui nous intéressent…Moins intéressant me direz-vous! Non! Attendez d’en savoir plus et vous serez bluffés. Le panel de techniques à la disposition de votre ostéopathe fait de lui un complément essentiel de la lutte contre vos addictions (si tant est qu’elles existent).

 

Les addictions

Le terme addiction est un anglicisme désignant une dépendance très forte entraînant une conduite compulsive.Un comportement addictif repose sur une envie répétée et irrépressible de faire ou de consommer quelque chose en dépit de la motivation et des efforts du sujet pour s’y soustraire. Lorsque vous êtes privé d’un besoin non vital est qu’un phénomène de manque se manifeste, on peut dire qu’il y a dépendance et donc addiction. Dans le monde actuel, les tentations sont nombreuses. De ce fait, les addictions peuvent vite intervenir. Elles peuvent être de différentes sortes : tabac, alcool, drogues, jeux, sport, sexe…(liste non exhaustive).

Cependant 2 grands types d’addictions sont individualisables :

1- les dépendances physiques

Passé une certaine dose, l’organisme nécessite la présence d’un produit (quelqu’il soit) afin de développer des troubles physiques parfois graves en cas de manque. La dépendance physique vient du fait que votre organisme s’adapte à une consommation répétée et/ou prolongée. Cette « surconsommation » s’accompagne d’une accoutumance. Lors de l’absence de produit, des troubles physiques parfois grave se manifestent. Lors de l’apparition ces troubles, on parle de sevrage.

2- les dépendances psychiques

Ce type de dépendances se divise habituellement en 2 sous-catégories :

  • la dépendance psychologique : c’est un désir insistant et persistant de consommer qui peut parfois se traduire par des manifestations psycho-somatiques. La dépendance psychologique est souvent plus liée aux caractéristiques individuelles qu’à un produit (états affectifs, styles de vie). Exemple du burn-out, dont vous retrouverez un article ici.
  • la dépendance comportementale : apparaissent à cause des habitudes.

 

« Accepter d’autrui qu’il subvienne à des besoins nombreux et même superflus, et aussi parfaitement que possible, finit par vous réduire à un état de dépendance. » Friedrich Nietzsche

Ostéopathie et addiction : intérêt, lien…

L’ostéopathe, qu’il soit talentueux, un surhomme, un génie voire un « dieu vivant », fera son possible pour vous aider mais ne pourra rien sans vous. En effet, arrêter ne tient qu’à vous. L’ostéopathe, lui, intervient essentiellement afin de ne pas reprendre. Et oui, cela peut surprendre, mais l’ ostéopathie peut avoir une action bénéfique sur toutes les dépendances : alcool, nourriture, tabac, drogues… Ostéopathie et addiction, je dis oui ! Néanmoins, les autres médecines dites douces et/ou naturelles telles que l’ hypnose, l’acupuncture, la méditation, la médecine chinoise, l’homéopathie ou encore l’aromathérapie sont autant de spécialités qui peuvent vous aider à arrêter et à ne pas reprendre.

Comme notre titre l’indique : « ostéopathie et addiction… » nous traiterons du travail de l’ostéopathe. Dans notre cas, l’ ostéopathe va travailler sur ce qui vous donne envie. De même, de part ses manipulations et autres techniques, votre ostéo pourra vous aider à surmonter les manifestations des au manque. Par ailleurs, et tel que bien décrit au sein de l’article  :

OSTÉOPATHIE ET CIGARETTE : DITES STOP À LA CLOPE! , les effets secondaires (prise de poids, stress, anxiété…) peuvent également être amoindris.

En pratique, ça donne quoi ?

D’un oeil non initié, le travail exécuté par votre thérapeute ne sera pas bien différent que pour vos migraines, par exemple. En effet, le travail commence par un relâchement global des tensions présentes. Par la suite, l’action pourra être plus ciblée. En effet, les tensions qui vous conduisent à replonger engendrent du stress, du mal être… A l’instar du mieux être ou de la décompression se faisant ressentir lorsqu’on replonge, une séance d’ostéopathie pourrait avoir cet effet là. Si nous reprenons l’exemple de la cigarette :  un stress excessif dans la vie (professionnelle ou personnelle) engendrera une augmentation de l’envie de cigarettes et certainement plus de cigarettes consommées. Ce sont ces tensions que l’ ostéopathe va chercher à annihiler. Une fois ces tensions disparues, votre envie de rallumer une cigarette s’en trouvera également atténuée.

Quoi qu’il en soit, ne prenez pas l’ostéopathie pour de la magie ou pour un traitement à part entière des addictions. Ostéopathie et addiction se marient bien mais les séances doivent être apportées en complément d’un suivi et/ou d’un traitement médical.

Alors, ostéopathie et addiction : quelles techniques ?

Bien évidemment cela va dépendre de chacun. En effet, les zones à travailler sont multiples et différent en fonction de plusieurs variables (âge, sexe, environnement…). Pour la même addiction, le même âge, le même métier, le même sexe voire même un environnement similaire, le traitement peut être entièrement différent. Quoi qu’il en soit voici une liste des zones que votre ostéopathe travaillera dans ce type de séance :

  • la sphère crânienne
  • la zone ORL
  • votre capacité à gérer le stress, souvent couplée avec le point suivant
  • la respiration, avec un gros travail sur le diaphragme ainsi que le thorax et le dos
  • la sphère viscérale, en drainant votre foie ou en agissant sur votre ventre afin de détoxifier votre organisme.

De ce fait, l’ action de l’ ostéopathe se fera sur diverses parties de votre corps et les séances seront, pour la plupart, des séances dites douces (retrouvez ici notre article sur l’ostéopathie douce).

Mais…vous avez stipuler LES séances? Oui, car il faudra bien plusieurs séances afin de vous accompagner correctement dans cette démarche. Encore une fois, votre ostéopathe est certainement un magicien (comme tous ; ) ) mais il n’en reste pas moins qu’il serait illusoire de croire que tout peut disparaître en une seule séance.Cependant, ne prenez pas peur, 2-3 séances peuvent suffire pas la peine de prendre un abonnement.

 

Voilà, vous l’aurez dorénavant compris, l’ ostéopathie peut vous venir en aide quant à votre capacité à ne pas replonger. Bien sûr, vous et seulement vous pourrez vous arrêter et dire stop !

 

 

Ostéopathie et addiction : liens, intérêt et résultats…
3.9 (78.33%) 12 votes
Partager l'articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Laisser un commentaire


Solustéo | 80 articles publiés


Espace praticien