SOLUSTEO
Solustéo, le blog participatif de l'ostéopathie

Mal de dos : 5 règles pour bien choisir son matelas !

13 juin 2016 | 0 commentaire | Damien Grison
mal_dos_regles_choix_matelas
Partager l'articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Mal de dos, mal de cou, dérouillage matinal…après avoir incriminé certaines de nos activités et/ou postures, c’est au tour de notre literie d’être accusée de responsable. Pour la deuxième étape du choix de notre literie, aujourd’hui nous nous attaquons aux règles régissant le choix du matelas. A l’instar de notre premier article sur les oreillers, voici 5 règles pour bien choisir son matelas.   Nous passons environ 30% de notre vie à dormir. Alors, tant qu’à se reposer et recharger nos batteries autant le faire dans de bonnes conditions, avec un bon matelas. En effet, même si la pression exercée sur nos disques intervertébraux est la plus basse en position allongée, elle n’est pas nulle : 25kg. Pour cela, le temps nécessaire afin de choisir son matelas est primordial.   5 règles pour bien choisir son matelas :

Règle 1 : la suspension

La suspension est le critère essentiel pour bien choisir son matelas. Cependant, 3 grandes catégories sont en concurrence : le latex, la mousse, les ressorts.

  • le latex :

    lorsque l’on souhaite choisir son matelas, le latex est une étape incontournable car il présente des avantages non négligeables. En effet, leur fermeté s’allie favorablement au moelleux. Par ailleurs, leur longévité est également une source de choix. Leur aération, elle aussi liée à leurs alvéoles, est de bonne qualité. Pour ces points, ils sont généralement considérés comme les meilleurs produits. Cependant, la proportion de latex doit être étudiée. En effet, de bons pourcentages nécessaires à une bonne suspension se trouvent aux alentours de 15% de latex naturel.

  • la mousse :

    les matelas en mousse sont déclinés en 3 catégories. Les matelas en mousses de polyéther présentent le seul avantage d’être peu onéreux et se prêtent d’avantage aux résidences secondaires ou chambres d’ami. Ceux en mousse de polyuréthane sont d’une qualité supérieure mais ne conviennent pas aux pièces humides. La Rolls des matelas en mousse : les matelas en mousse à mémoire de forme. Outre leur prix élevé, ils se moulent parfaitement aux différentes parties du corps. Cela en fait donc le matelas parfait pour les personnes ayant des problèmes de dos. Cependant, leur réaction à la chaleur peut devenir problématique. En effet, si il fait froid le matelas restera dur et si vous transpirez fortement, le matelas jouera un rôle d’enveloppe et augmentera ce phénomène. Dernier point important, on la dit “à haute résilience” (ex. du Bultex), dès lors que sa densité dépasse 35 kg/m3.

  • les ressorts :

    ils offrent tous des qualités de ventilation, cependant 3 types sortent du lot. Les ressorts biconiques qui finissent par devenir déagréablement présents. Les ressorts multispires n’offrent, eux, aucune indépendance de couchage…compliqué lorsqu’on est en couple. Le dernier type, les ressorts ensachés sont ceux qui procurent le plus de satisfaction (grand confort, bonne aération, bonne indépendance de couchage).

Règle 2 : le soutien et la densité

Bien qu’il soit coutume de dire que la densité est proportionnelle à la corpulence, il faut néanmoins y être vigilent. En effet, choisir son matelas trop ferme vous exposera à des points de pression au niveau du corps (épaule, fesses…). De même, choisir son matelas trop mou vous exposera à un mauavais soutien de votre colonne vertébrale. En règle générale et en terme de densités acceptables, elles varient de 25kg/m3 à 70kg/m3. Si vous ne savez donc toujours pas quelle densité choisir, optez pour un juste milieu…ni trop ferme, ni trop mou. Bon je l’avoue je ne me mouille pas trop mais là encore, l’important sera de prendre le temps d’essayer votre futur matelas. Vous choisirez alors le matelas qui vous convient le mieux, avec le meilleur soutien.

Règle 3 : le garnissage

Le garnissage de votre matelas n’est autre que la sensation de confort d’accueil, de douceur que vous aurez en vous allongeant dessus. Bien évidemment, il vous faudra vous tourner vers des fibres naturelles possédant également des qualités thermiques (laine, coton, soie). Cependant, afin de garantir une bonne durée de vie, des fibres synthétiques peuvent y être mêlées. Un autre point décisif afin de bien choisir son matelas et notamment son garnissage tiendra dans le fait de bien vérifier que le traitement anti-bactérien, anti-acarien, anti-allergique, soit réalisé de manière non chimique et naturelle. Cependant, un matelas déhoussable reste la meilleure opportunité. De plus, certains matelas proposent une face été et une face hiver. La face hiver comporte d’avantage des fibres naturelles apportant de la chaleur (laine, soie…).

Règle 4 : la dimension

Bien évidemment, le choix de votre matelas se fera en fonction de l’espace dont vous disposez. Cependant, ne lésinez pas sur la dimension de ce dernier. En effet, en France, la largeur moyenne de notre matelas est de 140cm. Vous l’aurez compris, il vaudrait mieux opter pour une largeur de 160 voire 180 cm. Cela permettra une plus grande liberté de mouvement, sans gêne, que l’on soit seul ou accompagné. En effet, la qualité du sommeil peut être grandement altérée lorsqu’un des deux partenaires bougent beaucoup. De même, la longueur du matelas ne devrait pas être inférieure à 200cm. Néanmoins, certains gabarits « hors normes » ne devraient pas hésiter à opter pour un matelas sur-mesure.

Règle 5 : l’indépendance du couchage

L’indépendance de couchage est ce qui permet à votre partenaire de ne pas être réveillé à chacun de vos mouvements. A l’instar des dimensions de votre matelas, qui, trop petites peuvent perturber votre sommeil, l’indépendance est tout aussi importante. En effet, ne pas être obligé de bouger ou ne pas être dérangé par les mouvements de l’autre relève de la qualité de votre matelas à proposer une bonne indépendance de couchage. En moyenne, nous bougeons une 40aine de fois par nuit, alors imaginez vous sur un matelas de mauvaise qualité, chaque nuit…   Dorénavant, vous connaissez les étapes nécessaires afin de choisir SON matelas. En effet, ce choix doit être individuel et demande de s’y intéresser. Bien que ceci se révèle être onéreux, un bon sommeil ne le mérite t-il pas?! Pour cela, l’argent ne fait pas tout et un bon test en magasin s’avère être tout aussi important. N’y passez pas la nuit non plus mais faites le tour des matelas pré-sélectionnés et essayez-les sur 5-10 minutes. Dernière chose importante, un bon matelas ne sera rien si votre sommier n’est pas en accord et est de mauvaise qualité. En effet, un type de matelas ne convient pas à tout type de sommier. Un matelas à ressort ira mieux avec un sommier à ressorts; de même, pour le matelas en mousse qui ira mieux avec un sommier à lattes.   N’oubliez pas : Noël approche, il est peut-être temps de faire une « liste literie » grâce à ces deux articles.

Mal de dos : 5 règles pour bien choisir son matelas !
4.3 (86.67%) 6 votes
Partager l'articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Laisser un commentaire


Damien Grison | 89 articles publiés


Espace praticien