SOLUSTEO
Solustéo, le blog participatif de l'ostéopathie

La météo influence t-elle nos douleurs?

5 novembre 2018 | 0 commentaire | Damien Grison
météo_douleurs
Partager l'articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

La météo peut-elle réellement influencer nos douleurs? Sommes-nous de véritables baromètres? A l’instar du chat qui se lèche avant l’orage, nos articulations nous prédisent-elles le temps? Autant de questions et/ou de croyances populaires que nous allons tenter d’éclaircir.

 

Quel mécanisme climatique?

La météo, la température, l’humidité, la pression atmosphérique? Quel mécanisme climatique influence donc les douleurs ? Selon certains spécialistes, et autres patients, la pression atmosphérique serait le mécanisme privilégié. En effet, ce serait le seul qui diminue assez précocemment par rapport à l’arrivée du mauvais temps. De même, quand la pression atmosphérique diminue, l’espace destiné à accueillir l’oedème et le gonflement diminue également et ne lui laisse donc que très peu de place, recréant ainsi certaines douleurs. A contrario, une hyperpression atmosphérique (anticyclone) pourrait engendrer une pression au niveau d’une zone sensible et donc faire diminuer les douleurs. Cependant, la force de variation serait-elle assez forte?


A l’aide d’informations transmises par les stations météorologiques locales, des chercheurs de Boston ont conclu que l’intensité de la douleur liée à l’arthrose du genou pourrait « être influencée de façon modeste par le temps ». En l’occurrence par des baisses de température et des hausses de pression. Mais les effets mesurés sont incroyablement faibles : il faut que la température diminue de 5,5°C pour faire diminuer le « score de douleur » (noté sur 20 par les patients) de… 0,1 point !


 

Quelles pathologies touchées?

Qui dit baromètre humain, dit rhumatismes. En effet, nombreux sont ceux gardant le souvenir de leurs aïeux souffrant de « maux climatiques ». Les pathologies rhumatismales sont toutes les pathologies chroniques ou récidivantes comme :

  • l’arthrose,
  • l’arthrite,
  • la fibromyalgie,
  • et même les lombalgies.

La plupart du temps, les patients atteints d’arthrose sont touchés par ces variations. Cependant, le changement climatique ne va pas déclencher l’arthrose. Il va néanmoins l’influencer par l’intermédiaire des douleurs. Les articulations ne sont évidemment pas modifiées. En outre, 60 à 80% des patients qui souffrent de ce genre de pathologies s’estiment sensibles aux variations climatiques. Or, comme l’on fait observer d’autres auteurs, l’origine de ces variations de la douleur ressentie pourrait être simplement dues au fait que lorsque le temps est moins clément, les patients sortent moins. Pour peu qu’ils restent dans une même position plus longtemps qu’à l’accoutumée, ils seront plus enclins à ressentir des douleurs articulaires !

Mythe ou réalité?

Il est de coutume de dire que les patients arthrosiques et/ou rhumatisants souffrent de ces changements climatiques. Qu’en est-il vraiment? Effectivement, la science peine à trancher mais les patients atteints de pathologies rhumatismales crient le contraire. Les pathologies rhumatismales, ici, sont toutes les pathologies chroniques ou récidivantes comme l’arthrose, l’arthrite, la fibromyalgie, et même les lombalgies (cf notre article sur le mal de dos).

En Chine, les deux idéogrammes composant le mot « rhumatisme » signifient « vent » et « humide ». La télévision japonaise propose, quant à elle, des émissions de « météo-santé » qui anticipent les douleurs des téléspectateurs et leur prodigue des conseils, en fonction de la météo.

Par ailleurs, les résultats d’études précédentes étaient peu convaincants. En effet, les chercheurs n’arrivaient pas à démêler les différents facteurs entrant en jeu :

  • les facteurs psychologiques : l’influence néfaste du mauvais temps sur nos humeurs
  • les facteurs physiologiques : du grec phusis: la nature, et, logos: l’étude, la science.

Des chercheurs de l’université de Manchester se sont alors livrés à une étude sur la relation entre les conditions météorologiques et les douleurs rhumatismales. Pour tenter de répondre scientifiquement à cette énigme, ils ont lancé le projet « Cloudy with a Chance of Pain ». Via une application mobile (créée pour l’étude), quotidiennement durant 9 mois, près de 10 000 personnes ont décrit :

  • la localisation de leur douleur
  • l’intensité de leur douleur
  • les changements observés…

Dans le même temps, les données météorologiques des villes de Leeds, Norwich et Londres étaient collectées par l’application.

Les résultats (présentés lors du Festival britannique de la science) : 

Plus le nombre de jours ensoleillés augmente, moins les personnes souffrant de douleurs chroniques se plaignent. En revanche, au mois de juin, où le taux d’humidité était plutôt élevé, la sensation de douleurs était importante.

Néanmoins, de nouvelles études montrent des résultats contradictoires :

  • plusieurs travaux montrent que les variations climatiques ne comptent que très peu dans les variations de douleurs
  • d’autres montrent qu’il n’existe aucune corrélation.

 

 

Alors qui croire ? Bien entendu, et comme cité précédemment, différents facteurs entrent en jeu. Il est donc extrêmement compliqué à l’heure actuelle de pouvoir trancher de manière radicale sur le sujet. Le ressenti de la personne reste donc la priorité et la valeur de référence, bien que subjective.

La météo influence t-elle nos douleurs?
5 (100%) 2 votes
Partager l'articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Laisser un commentaire


Damien Grison | 89 articles publiés


Espace praticien