SOLUSTEO
Solustéo, le blog participatif de l'ostéopathie

Kiné ou ostéo ? Quelles différences…

15 février 2017 | 0 commentaire | Solustéo
ostéo_kiné_différences
Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Souvent confrontées. Souvent mises en compétition. Ces deux professions, qui entretiennent cette fâcheuse tendance, sont pour autant complémentaires. Cependant, elles restent différentes, par exemple selon le type et l’origine de la douleur. Mais quelles différences existent-ils entre ces deux profession? Kiné ou ostéo, lequel choisir? Quand consulter un kiné? Quand consulter un ostéo (pour répondre à cette dernière question : lisez ceci)?

 La kinésithérapie

En grec, <kinésis> s’apparente au mouvement quand <therapeuin> signifie le soin.Littéralement la kinésithérapie est donc le soin par le mouvement. Pour chacun d’entre eux, kiné ou ostéo, le principe est donc identique : soigner le mouvement et  « récupérer » des pertes de mobilités. Le distinguo se fait donc au niveau de la méthode et des outils thérapeutiques à leur disposition.

Par ailleurs, et avant toute chose, il est nécessaire d’obtenir une prescription médicale afin de consulter un kinésithérapeute. De plus, les séances sont remboursées, à 60% par la sécurité sociale et 40% par la mutuelle. Attention toutefois, car les kinésithérapeutes peuvent vous faire bénéficier de soins dits »hors nomenclature » ou « hors prescription », donc non remboursés par la sécurité sociale (par exemple grâce à leur titre d’éducateur physique, ou de masseur).

En ce qui concerne les soins, le kiné va surtout s’occuper du système musculo-tendineux. Il utilisera deux types de traitement :

  • un traitement passif, au cours duquel le patient est passif et le praticien qui mobilise, étire, masse, ponce…
  • un traitement actif, durant lequel le patient devient acteur de sa rééducation, réalise des mouvements, renforce ses muscles, apprend une gestuelle, travaille sur sa posture sous l’oeil avisé du kiné.

Concernant les outils thérapeutiques mis à sa disposition, le kinésithérapeute utilisera :

  • en premier lieu, ses mains afin de masser, donner du mouvement, palper…
  • de la cryothérapie qui est une technique d’application de froid
  • des crochets, des ventouses qui vont lui permettre de travailler sur les muscles, tendons ou encore ligaments
  • de l’ électrothérapie afin de renforcer passivement un muscle ou afin de diminuer les douleurs
  • tout un attirail de machines, élastiques, bancs de musculation, poids, élastiques…

Vous l’aurez compris, la kinésithérapie (en tant que telle) peut être efficace sur beaucoup de pathologies et son efficacité ne fait plus de doutes.

L’oeil du professionnel (Yann DUBOIS-MKDE depuis 2009): « D’abord passionné par ma profession, j’y ai vite trouvé un frein quant au fait d’apporter une réponse rapide aux maux de mes patients. Je me suis naturellement tourné vers la thérapie manuelle et travaille énormément en pluridisciplinarité avec des ostéo. Nos deux professions sont complémentaires et c’est le patient qui en tire le principal bénéfice. »

Néanmoins, énormément de kinésithérapeutes suivent des formations (obligatoires tout au long de leur carrière) afin de mieux prendre en charge leurs patients. Malgré tout, beaucoup se tournent vers la thérapie manuelle ou vers l’ostéopathie…pourquoi?

L’ostéopathie

Premièrement, l’ostéopathe est un intervenant de premier rang, ce qui signifie qu’il ne nécessite pas de prescriptions médicales afin de consulter et de vous traiter.

Ensuite, l’ostéopathie est une méthode de soins qui s’emploie à déterminer et à traiter les restrictions de mobilité qui peuvent affecter l’ensemble des structures composant le corps humain.

Elle repose sur trois concepts originaux:

  • la main, outil d’analyse et de soin;
  • le principe d’équilibre tissulaire;
  • la prise en compte de la globalité de l’individu.

L’ostéo va traiter tous les problèmes ostéo-articulaires mais également les pathologies musculo-squelettiques, à l’instar du kiné.

 

De plus, l’ostéopathe a une vision globale de l’individu. Cela lui permet de pouvoir diagnostiquer et de traiter par la suite. En mettant en lien le haut et le bas du corps, l’interne et l’externe, les systèmes entre eux,il va pouvoir différencier la cause et les conséquences et ainsi pouvoir traiter à distance de la douleur. L’exemple d’un problème postural ou d’ergonomie au travail entraînant différentes douleurs en est le parfait exemple. Par ailleurs, l’ostéopathe intègre dans son traitement le facteur psychosomatique également extrêmement important dans la prise en charge globale du patient.

L’oeil du professionnel (Damien GRIDON-Ostéoapathe D.O depuis 2002) : « Ces 15 dernières années d’expérience m’ont permis de me conforter dans l’idée que l’association du savoir-faire de l’ostéopathe et de l’expertise du kinésithérapeute, apporte une réponse ciblée, rapide ainsi qu’un accompagnement aux troubles musculo-squelettiques que présentent nos patients. Depuis mes débuts je travaille en intégrant l’ostéopathie dans le circuit médical traditionnel (médecin, kiné, autres spécialistes), tant la complémentarité de chacun est gage de réussite. »

 

Alors, kiné ou ostéo ? Même si il est coutume d’entendre que l’ostéo va plus traiter les problèmes aigus et le kiné les chroniques, vous l’aurez compris, ce sont deux professions complémentaires. De surcroît, vous aurez certainement besoin, tôt ou tard, de l’un et/ou de l’autre…;)

Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Laisser un commentaire


Solustéo | 69 articles publiés


Espace praticien