SOLUSTEO
Solustéo, le blog participatif de l'ostéopathie

Un autre fléau touchant énormément de monde : la cruralgie.

4 octobre 2017 | 0 commentaire | Solustéo
cruralgie_ostéopathie_solusteo
Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

A l’instar d’une sciatique, d’une névralgie cervico-brachiale, ou de n’importe quelle douleur nerveuse,  la cruralgie résulte d’une compression d’un des plus gros et long nerf de votre organisme : le nerf crural (ou nerf fémoral).

Par quel mécanisme cette douleur typique est-elle déclenchée?

Et surtout, que peut faire l’ostéopathie lors d’une cruralgie?

 

LE NERF CRURAL À L’ORIGINE DE LA CRURALGIE

Le nerf fémoral ou nerf crural (ancienne appellation) est un nerf à la fois moteur et sensitif de votre membre inférieur. Il provient des 2e, 3e et 4e racines nerveuses lombaires (L2, L3, L4).  Ses fonctions motrices sont la flexion de la cuisse, l’extension du genou et accessoirement l’adduction de la cuisse. Il innerve la face antérieure (en avant) de la cuisse, et la face antéro-médiale (en avant et en dedans) du membre inférieur (en gros, la jambe).

Durant son trajet,  il passe sous l’arcade crurale en avant du muscle psoas, où il peut être comprimé. Il descend ensuite verticalement dans la cuisse. Il donne ensuite de nombreuses collatérales ou ramifications.

En effet certaines branches collatérales peuvent être individualisées :

  • donnant des rameaux sensitifs cutanés pour la face antérieure de la cuisse,
  • ou encore des rameaux musculaires notamment pour l’iliaque, le psoas, le quadriceps…

Le nerf crural se termine enfin par des branches terminales qui sont :

  • celle du nerf du quadriceps, qui servira au quadriceps ainsi qu’à l’articulation de la hanche
  • le nerf musculo-cutané latéral pour le sartorius ainsi que le côté de la cuisse
  • de même, le nerf musculo-cutané médial pour la région cutanée antéro-médiale de la cuisse en majorité
  • et le nerf saphène pour l’artère fémorale, le côté interne de la cuisse, du genou et du mollet. De plus, le dos du pied et son bord interne sont concernés par des branches terminales distales.

 

La compression du nerf crural amenant la cruralgie

Lors d’une compression d’une des deux racines de ce nerf (L2, L3 ou L4), on parle alors de cruralgie.  Cette pathologie va se traduire par une douleur partant de la hanche jusqu’au pied, suivant son trajet. L’apparition de cette douleur est souvent brutale et augmente lors de certains efforts. Notons qu’un bémol peut être apporté car une cruralgie dite « tronquée » peut apparaître à la suite d’une compression de ce nerf sur son trajet. En effet, un muscle trop spasmé (psoas par exemple) va venir appuyer sur le nerf et ainsi recréer la douleur typique. A l’instar d’une sciatique, cette cruralgie tronquée peut (à juste titre) être confondue avec une « vraie » cruralgie. La différence réside dans le fait que lors de la vraie cruralgie, le nerf est comprimé dès l’émergence des racines. Cela se passe alors au niveau vertébral à cause d’une hernie discale ou encore de l’arthrose.

 

INTÉRÊT DE L’ OSTÉOPATHIE SUR DES CAS DE CRURALGIE

Afin de traiter une cruralgie, l’ ostéopathe va d’abord rechercher la cause de cette compression nerveuse. Il va donc, par différents tests, chercher et ainsi mettre en évidence l’endroit où le nerf est comprimé ou irrité. Notons que dès l’interrogatoire l’ ostéopathe aura une idée de l’endroit de la compression. En effet, dès lors que vous indiquerez le trajet de votre douleur au thérapeute, il aura d’ores-et-déjà une idée de la pathologie. Par ailleurs, lors de la survenue de telles pathologies, des examens complémentaires sont prescrits et aideront votre ostéopathe à affirmer son diagnostic.

L’ ostéopathie, comme dans beaucoup de pathologies, visera ensuite à redonner de la mobilité là où il y a des restrictions. Il va libérer les zones de compression, soit à l’émergence du nerf, soit sur le trajet de celui-ci.

Ainsi, il va pouvoir agir à différents niveaux :

  • Au niveau lombaire, avec des techniques structurelles afin de libérer les restrictions de mobilité. Ou encore avec des techniques douces en agissant sur les fascias.
  • De plus, il pourra agir également au niveau musculaire, si un des muscles présents sur le trajet du crural le comprime.
  • Au niveau de la hanche également. L’ostéopathe redonnera de la mobilité, notamment à la coxo-fémorale qui peut être « bloquée » ou en dysfonction. Il n’est toutefois pas rare qu’une arthrose de hanche puisse faire l’objet d’un diagnostic différentiel. L’importance du bilan de votre ostéopathe ainsi que l’investigation par des examens complémentaires sera alors justifiée.
  • Par ailleurs, il pourra travailler au niveau des membres inférieurs et redonner, là encore, de la mobilité aux zones en restriction. A ce niveau là, la souffrance du nerf crural est plus rare.
  • Bien évidemment, au niveau viscéral votre ostéopathe peut avoir du travail également. En effet, les organes et viscères ont une mobilité suivant plusieurs axes. Vous comprenez donc aisément qu’ils peuvent, eux aussi, être bloqués. Les raisons sont tout aussi diverse : chute, accident, choc psychique, grossesse, prise ou perte de poids… Le schéma ci-dessous (tiré du site porebski-thomas-ostéopathe.com) vous donnera une vision plus globale et parlante de la relation entre les viscères et les niveaux vertébraux correspondant. Si vous voulez aller plus loin sur les viscères ou l’ostéopathie viscérale rendez-vous ici.Résultat de recherche d'images pour "rapport viscère vertèbres"
  • De même, des suites opératoires avec survenue de cicatrices dites « fibreuses » ou adhérentes peuvent entraîner des douleurs nerveuses par compression de la racine en question.
Conclusion

Pour conclure, l’ ostéopathe ne pourra pas réintégrer une hernie discale avec ses doigts, ni même déplacer le nerf crural. Il pourra travailler de manière à libérer les zones de tension amenant à une compression de ce nerf. Il travaillera en fonction de son bilan et de vos douleurs. Votre ostéopathe s’attachera à redonner de la mobilité là où il n’y en a plus et, de ce fait, permettra à votre nerf crural de se libérer de ses compressions et/ou zones en dysfonction. Cependant, si la compression est trop évoluée, un recours médical et/ou chirurgical sera à envisager. Nombre de patients peuvent, dans ce cas, ne pas bénéficier de manipulations et être réorientés. Si tel est le cas, ne vous inquiétez pas, cela est normal et la preuve du professionnalisme de votre ostéopathe; c’est même gage de qualité.

Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Laisser un commentaire


Solustéo | 69 articles publiés


Espace praticien